7

Attention Fonts en folies











Tout ce qui brille n’est pas or ..ni ordure

Publicités
1

L’ HAÏKU illustré par la gravure

De retour du vernissage de l’exposition de 60 gravures réalisées par le groupe IOTA, j’ai le plaisir de vous faire partager le travail de ces artistes installés à Belleville.

Tout ce que vous voulez savoir sur le HAÏKU

Pour vous donner l’envie d’aller voir cette exposition qui se tient jusqu’au samedi 2 Avril 2011 voici une composition des plus belles estampes (résultat de l’impression sur papier après les étapes de vernissage et d’encrage de la plaque de cuivre gravée par l’artiste).

Un aperçu des magnifiques gravures du groupe IOTA

Essayons de retrouver le poême Haïku associé à chacune de ces oeuvres. Il est temps d’aller sur place vérifier le résultat de ce petit jeu.

Poêmes HAÏKU XVIIè

La médiathèque célèbre Le Printemps des Poêtes

Samedi 2 avril à 16 h à l’auditorium : concert de la classe d’improvisation libre de Florian Conil, avec des élèves musiciens du Conservatoire intercommunal de Châtenay-Malabry et des comédiens. Après lecture de haïkus, les musiciens improviseront avec harpe, violon, clarinette, piano, marimba … Entrée libre sur réservation.

0

Des interfaces numériques persuasifs

Wordle: Tools for ergonautes
Wordle: Maitriser les interactions
Wordle: Votre véritable univers numérique
Pour ajouter du style à votre communication, il est utile de redécouvrir  les bases de la typographie

Encore une technologie de typographie numérique. Riche mais statique.
Encore mieux l’animation typographique ou la kenitic typographie pour supporter vos idées.
Petit exemple d’animation typographique
L’alliance de l’art et de la force de caractère au service du créateur.
1

FACE : De l’art à l’immatériel

Qu’y a t’il de commun entre le génie surréaliste de Salvador Dali et le  web ? des concepts d’objets mous, de la technique  et la toile.
En informatique on désigne ces objets Soft évoquant la douceur , le moelleux ,  cohabitant avec du Hard (monde matériel des cartes électroniques) du dur. Ces objets Soft sont immatériels et stockés sous forme de fichiers sur des disques locaux ou distants. Dali n’a t’il pas été influencé par ce monde naissant de l’immatériel que sont les programmes informatiques (ou logiciels applicatifs) pour transposer ce paradoxe qu’avec des opérations et un langage, l’écriture d’un programme permet de déformer des objets et produire de l’ imaginaire  comme une montre molle  et d’en permettre l’ affichage  ou l’impression.
Que serait l’artiste sans technique lié à son instrument, son geste et la maitrise de son art ?
Aujourd’hui l’artiste dispose d’une palette d’outils logiciels et de la tablette numérique qui permet  d’esquisser un dessin sur une planche connecté à un ordinateur. Pourtant Steves Jobs n’a pas pensé à intégrer la tablette  graphique  sur son iPad tactile. Le futur du numérique n’est il pas l’ouverture au monde artistique ? A en croire les publications sur la toile(le web), la BD a déja occupé le territoire du numérique et les collections des musés sont accessibles sur la toile (réseau interconnecté de routeurs en son coeur (internet) et d’ordinateurs en périphérie).
La toile de l’artiste en se numérisant est devenu immatérielle et accessible. Comme un tableau de peintre, le logiciel est constitué d’une série de couches; seule la dernière couche est visible: elle constitue l’interface opérateur sur laquelle l’utilisateur peut toucher,sélectionner, cliquer, glisser, zoomer.
      
Qu’y a t’il d’opposé dans l’art de Dali et l’immatériel ? Dans un cas le maître reconnu qui signe son oeuvre, l’unicité. Dans l’autre les auteurs ne sont jamais cités,  des salariés architectes,  ingénieurs,  analystes,concepteurs, programmeurs, testeurs sans nom, remis sur le  marché de l’emploi sans certificat. Peut-on imaginer un film sans son générique et sa distribution complète. L’immatériel logiciel est bien un monde à part mais pas encore basé sur un modèle d’ économie durable et de reconnaissance de son art.
0

Représentation simplifiée des émotions de la planète

Voilà, j’ai visité pour vous la plateforme "Mécanique des émotions" au Grand Palais de Paris. Conçue par l’artiste Maurice Benayoun Still Moving est une oeuvre artistique commandée par le ministère de la culture et de la communication qui a pour objet de cartographier le monde à partir du contenu d’articles de presse diffusé sur le Web.
 
 Eurasie
Cette structure se présente sous la forme d’un globe dégonflé rigide, tactile et vibrant qui fournit des indications émotionnelles sur la zone éfleurée par la main de l’utilisateur à une date arrétée arbitrairement. Ces indications portent sur  le nom d’une ville ou d’un groupe de villes et  une valeur numérique de son état d’excitation, de nervosité et d’anxiété sur une échelle d’intensité. Dautre part d’un coup d’oeil, les codes couleurs Rouge, Jaune, Noir vous fournissent également une vision globale statique d’une région, l’intensité étant représenté par son relief.  Ici au premier plan vous situez l’extrême-orient et à l’arrière plan l’europe occidentale. Paris et Londres forment un dôme mi excité,mi nerveux.
Amérique du Sud
Ci-dessus au premier plan l’Amérique du sud est représentée. Les zones blanches signalent l’absence d’information recueilli sur le territoire.
Afrique
Cette fois, Vue du continent africain également avec peu d’informations disponibles.
PIC_0242
Enfin en contre-plongée le territoire des états-unis.
Pour en savoir plus visitez le site http://www.still-moving.net
Le rendu sonore n’est pas trés précis avec un rendu global vibratoire d’onde à basse fréquence. Le rendu tactile est grossier mais la réalisation est interessante pour son approche pédagogique et  communicative.
VM
0

L’univers des émotions enfin décodé !!

 
Afin de bien préparer votre visite voici l’outil indispensable cartographique qui vous permet de naviguer dans cet univers de découverte.
 
 
Je suis impatiente de découvir dès l’entrée l’univers des émotions enfin décodé (sic l’auteur) que je préfére à la mécanique des émotions dont les mots sonnent trop métallique avec des logiques d’automatisme que je préfère laisser hors champ. Je vous en reparlerai car je ne voudrai pas tomber dans l’idéologie naîve de la dématérialisation à tout prix dans cet univers matérialiste où l’homme devient un objet comme les autres exploité, géré, optimisé et surtout lobotisé. Que nous prédisent les savants de cette nouvelle matrice ?
A chacun de faire son opinion. En tout cas un sujet ambitieux qui laissera couler bcp d’encre.
 
VM