0

Combien de temps la cuve du coeur du réacteur de Fukushima met elle pour refroidir ?

… un temps certain

au moins plusieurs mois, probablement 6 mois avant que les ingénieurs remettent en service les services de refroidissement.

car  il faut tenir compte de la chaleur résiduelle du réacteur à l’arrêt (on parle de  25Mwatt à dissiper), il faut  aussi s’attendre à  des réactions chimiques explosives dû à la transformation de l’apport d’eau en gaz  H2 et O2. Or on sait que l’hydrogène est explosif depuis que Lavoisier nous a révélé les lois de la décomposition de l’eau à température d’ébullition. A l’époque il utilisait le fût d’un canon pour système de refroidissement et de l’hydrogène était recueilli  dans un ballon au dessus du béchet de récupération d’eau.

Les conséquences de ces explosions sont inquiétantes pour la sécurité des piscines de stockage de barres de déchets radioactives qui elles ne sont pas protégées par une enceinte de confinement et sont source d’émission radio-active.

La perte d’étanchéité de l’enceinte de confinement du réacteur 2 et 3 est une autre source d’émission radioactive, de loin  la plus préoccupante.

Il s’agit de trouver une solution massive d’ acheminement d’eau par camions citernes équipés de canons pompes de 60 à 80 mètres d’amplitude pour des besoins estimés à 100 m3/heure.  96 heures seraient encore critiques  avant de rassembler ces moyens techniques sur site selon Anne Lauvergeon présidente d’AREVA.

Après une semaine,  une lueur d’espoir renait avec une impression de reprise du contrôle de la situation sans nouvelles avaries.  Le ballet des hélicoptères ont déversé ce matin 30000l d’eau (7 m3 d’eau par largage) sur les piscines des réacteurs N°3 et 4.

Tebco fonde de l’espoir sur le rétablissement de l’électricité dans la centrale pour l’alimentation des pompes. 50 techniciens sont revenus sur le site pour cette  mission mais le résultat ne pourra être obtenu avant demain soir. Les premiers camions citernes sont à proximités mais en attente du fait  des niveaux de radiations.

La France vient en aide en expédiant 95 T d’acide Borique (absorbeur de neutron) qui doivent décoller cet après midi afin de retarder les réactions nucléaires, ainsi que des moyens de protection (masques, combinaisons).

Les renforts de l’armée américaine sont attendus.

En aucune façon, si ces moyens n’étaient  réunis, une explosion du coeur aurait  lieu mais dans le pire des cas des quantités de radiations supérieure à Tchernobil restent possibles dans un rayon de 50km avec des émanations de dégagement de gaz importants résultant de la réaction de la fusion de l’acier avec le béton de l’enceinte de confinement. Mais nous n’en sommes pas là.

Le courage et le sang froid des pompiers de l’extrême n’ont d’égal que leur détermination à lutter pour la survie du plus grand nombre au prix du sacrifice de leur vie.

Tokyo resterait  malgré tout hors  zone de  risque sanitaire.

En savoir plus sur la structure du réacteur

Article du journal Le Monde

En savoir plus sur la situation

Autorité de sureté nucléaire

Institut de radio protection

Publicités
1

We must CARE about NUCLEAR

Kan Akita (*1958) Save Japan, 2001

Bilan provisoire au 25 Mars 2011 : CATNAT.net

2011 March11 th’e day Sun  became the bloody Sun

Behind gramma anagrams : Fukushima = Ask if humus  = Shima fuk us

La question ne sera plus « ask if humus » pas plus que  « Ask if human activity »

For the world Sun will never rise again the same.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour minimiser les risques , commencez par éviter de concentrer les risques au nom de l’optimisation économique. Limiter le nbre de réacteurs par site. Le bon sens préconise de construire les piscines de déchets nucléaires sur des sites distincts des centrales nucléaires, d’aménager les groupes électrogènes de secours à une hauteur inatteignable par une vague de Tsunami et pourquoi pas de construire les centrales sur des buttes à plus de 15 m de hauteur.

Please Donate http://www.redcross.org

2

JAPON : Big one 8.9 Earthquake & Tsunami

Aujourd’hui 16 mars, la situation continue à se dégrader et devient d’une urgence absolu  avec des echecs d’accès des équipes d’intervention ( hélicoptère dérouté à destination du réacteur N°4 ) dûs à des taux de radiation excessivement élevés.  La piscine du réacteur N°4 est à sec. Les enceintes de confinement de 3 réacteurs ont des fuites et rejetent des radiations radio-actives.

L’empereur du Japon s’est exprimé solennellement et se dit plus qu’attristé  de cette situation imprévisible.

Pour en savoir plus se reporter à mes 2 posts suivants.

le 15 Mars 2011, deux nouveaux réacteurs (N°2 et 4) ont subit une explosion d’hydrogène à 6 h locale sur le site de Kukushima-Daicha.

« Contrairement à ce qui c’est passé jusqu’ici, il ne fait pas de doute que les niveaux atteints peuvent affecter la santé des êtres humains », a indiqué le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano.

En savoir plus :

Dossier complet sur France inter

Situation au 14 mars 2011:  Dossier sur  France Culture

Podcast du géographe Philippe Pelletier sur France Culture.

Lire la suite